top of page

Mory Kanté

Lorsque Mory est décédé en mai 2020, sa dernière interview avec moi est devenue l'inspiration pour travailler avec la nouvelle génération de griots pour "se mondialiser" tout en restant fidèle à leur rôle de diseurs de vérité dans leur société et dans le monde en général._cc781905-5cde- 3194-bb3b-136bad5cf58d_

En 2018-2019 j'ai eu le grand plaisir de passer du temps avec Mory Kanté. Son manager, Juan Yriart et moi travaillions sur un projet pour Mory pour raconter l'histoire du "Retour de Soundiata", une petite partie de l'histoire orale des griots que M. Kanté avait commencé alors qu'il était encore avec le Rail Band de Bamako dans les années 1970.  

J'ai pris cette vidéo en préparation d'un tournage professionnel, mais ma préparation s'est avérée plus sincère et intime que les images réelles, donc je l'ai gardée. 

Photo montre Mory Kanté et sa femme, Sira Kouyaté Kante au Griot Festival, Paris, avril 2018. 

En avril 2019, à Paris, Jeli Bakary Diabaté a organisé une soirée pour jelis (griots) par jelis afin de raviver l'esprit jeli dans la communauté de la diaspora en France. Mory Kanté est venu et a félicité M. Diabaté pour ses bons efforts pour rassembler les jelis et pour avoir fait un acte noble pour le peuple mandingue.


Mory a fait chanter par le chœur des femmes "Mangolu". Il expliquait, avec humour, que lorsque les enfants sont de bons amis, ils se font confiance, "nous nous faufilons pour cueillir les mangues dans la cour quand les mangues sont mûres".

Pour que personne ne sache ce qu'ils font, les enfants se chanteront entre eux "mangolu, ka koro, mangolu, sita la, mangolu". C'est le moment de cueillir la mangue, car elle est mûre pour être mangée !

Traduit et expliqué par Famoro Dioubate à Lisa Feder, novembre 2022

bottom of page